AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

if madness was a crime, i would be the first of the list

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Damon E. Pierce
avatar

    Childhood is the kingdom where nobody dies


Race : sorcier
Âge : vingt six ans
Job : éditeur
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: if madness was a crime, i would be the first of the list Mar 18 Mai - 23:49

allegra cérès prudence montreux golden

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
nina dobrev
Nom de famille : montreux, golden
Prénom : allegra, cérès, prudence
Age : cinq cent onze ans
Camp : vampire
Caractère

Tout le monde a conscience que certaines personnes entendent des voix, voient des choses ce qui peut sembler plutôt effrayant mais cela, c'est simplement pour les humains car lorsqu'on est une créature provenant du fin fond des Enfers, cela passe pour quelque chose de totalement normal ou presque. Pour ma part, je fais partie de ce genre de personne or ce n'est pas la première chose que l'on remarque chez moi, je confirme bien que je fais tout pour le cacher. « Un vampire schizophrène, on aura tout vu » que vous vous dites. Eh bien, se pourrait être le cas mais c'est une manière bien trop facile et détournée de dire les choses. Je ne suis pas folle. Je suis née ainsi et le fait que je sois devenue ce que je suis aujourd'hui n'a en rien aidé les conséquences génétiques que mes parents m'ont légué. On pourrait penser que cette deuxième partie de moi est le contraire de ce que je suis : gentille, miséricordieuse, sympathique et adorable. Ce n'est absolument pas le cas. Elle ne fait que se rappeler à moi que par la biais de « visions » toutes plus perturbantes les unes que les autres ce qui complique ma vie de tous les jours mais ne m'empêche pas de me faire un casse croûte de temps en temps. Je ne me souviens plus vraiment du caractère que j'avais lorsque j'étais humaine, comme si cette partie n'avait jamais fait partie de moi et pourtant c'est impossible de penser ainsi. Je n'étais qu'une femme brisée, je suppose étant donné qu'il ne m'en reste plus que des souvenirs, et j'ai fini par devenir le sosie de cruauté caché de ma grand mère. Il faut dire qu'elle a tout fait pour et que cela a le don soit de l'énerver, soit de l'impressionner. Je n'ai jamais été qu'une pâte à modeler, prenant l'apparence et la forme que l'on voulait que j'ai. C'est pitoyable et malheureusement, je n'ai pas le sentiment d'avoir changer dans le bon sens. Il vaut mieux mentir que de dire la vérité si bien qu'elle puisse alléger votre cœur, ne peut alléger votre vie alors j'ai choisi avec beaucoup de faciliter le mensonge mais après tout, ne sommes-nous pas tous pareils ? Nous préférons la facilité qu'importe la forme qu'elle puisse prendre. Je fus humaine aussi, je tiens ça d'un code génétique comme la plupart des gens. Je me suis façonnée selon ce que j'ai appris aux fils des années de solitude ; je représente tout ce qu'on honore de nos jours, que l'on recherche : je suis souriante, attentionnée, mature, intelligente, sociable, et amicale. Alors que au final, je ne suis rien que brutalité, violence, sadisme qui aime à répandre la haine aussi bien que je maitrise la manipulation et le mensonge. Il ne faut pas penser que la candeur que j'incarne soit un chose, elle en est une autre. Je ne suis qu'une poupée. Je suis une poupée à modeler, je n'existe que pour vous mais derrière cette poupée, il y a le maître et celui-ci n'attend que le bon moment pour vous sautez à la gorge et accomplir la chose qu'il lui fait le plus envie : vous étripez et croyez-moi, ce n'est pas un jeu de mot.
Physique

Je n'ai jamais été très attirée des belles choses lorsque j'étais jeune. Je ne cherchais qu'à survivre et mon corps semblait pouvoir me le permettre, c'est pour cela que je me suis lancée dans la seule profession qu'une fille misérable comme moi, à l'époque, pouvait exercer. J'avais beaucoup de clients ce qui devait surement signifier que j'étais assez jolie. Je tiens de ma grand mère, surtout son visage – mis à part les yeux, je dois les tenir d'un de mes grand pères mais elle n'a jamais voulu m'en dire plus et je n'ai pas cherché plus loin que cela à l'époque. C'est la chose qui m'obsède le plus et celle qui me dégoutait aussi car son visage reflétait des émotions que je ne connaissais pas. Elle exécutait des choses que je n'aurais jamais voulu voir et pourtant comme elle était comme moi, j'arrivais sans mal à me les imaginer tandis que se serait moi l'oppresseur. Lorsqu'on est un vampire, on ne change jamais alors j'ai du apprendre à vivre avec ce qui n'est pas encore parfait. Je ne m'y habituerais jamais. Je ne dois pas me voiler la face. Je suis en quelque sorte une « beauté empoissonnée ». Une magnifique pomme dans laquelle on aurait déjà mordu malheureusement. Mon corps ne semble pas avoir été marqué par les derniers évènements qui ont marqué ma vie – dont deux accouchements par exemple – mais moi, je m'en souviens encore et j'en ressens les marques parsemées ma peau. C'est pour cela qu'il m'arrive de m'observer dans un miroir plusieurs heures sans bouger. Dans un autre sens, ce qui est bien dans le fait d'être un vampire – en plus de l'immortalité et de la jeunesse éternelle soit – c'est que n'importe quel mannequin peut aller se rhabiller devant vous mais comme je le disais plus haut, la beauté ne fait partie que de nos atouts sensé nous faciliter la chasse à l'homme. Une beauté aussi vraie que possible aide beaucoup quand on fait un métier comme le mien, enfin métier c'est beaucoup dire vu que je le fais que quand ça m'arrange. Si ce n'est pas mon charme évidant qui vous envoutera, se sera certainement mes formes. Pour ma part, mon corps svelte et athlétique s'accorde parfaitement à mon mode de vie : je peux manger – saisissez le double sens du mot – autant que je veux, boire autant que je veux, cela n'affectera jamais ma ligne. Sinon pour aller au vif du sujet, je suis brune, aux yeux bleus, sans aucun éclats aujourd'hui bien qu'ils pétillaient autrefois, sur une peau douce et légèrement basanée avec des lèvres fines, des traits fin et juvéniles. Mes cheveux m'arrivant à la poitrine, ils peuvent tout aussi bien être raides que bouclés que je-ne-sais-quoi d'autre. Contrairement à mon « autre », je suis assez grande du haut de mon mètre soixante seize. Un peu de maquillage n'a jamais fait de mal à personne quoique je n'en ai pas radicalement besoin. C'est bon pour celles qui ont en vraiment besoin, pour ma part : maquillage léger pour la journée et un peu plus marqué lors de la soirées – travail oblige – optant plutôt pour fard à paupière, eyeliner, mascara et fard à pommettes.

Bien que je sois dans le mannequinat et qu'il m'arrive de porter des tendances avant qu'elles ne soient sur le marchés – car avouons le, j'ai de très bonne relations dans ce monde là – je peux affirmer que je ne suis pas aussi charmée par les vêtements que certaines personnes. On va dire que ma vie ne tourne pas autours de ceux-ci. Dans ma villa, à Séoul, je dispose de deux pièces entièrement remplies de vêtements – si on compte le dressing de Hero, je devrais rajouter un grand placard mais étant donné que ce n'est rien à côté, on peut faire comme si on n'avait rien dit – tout simplement parce que je ne supporte pas de jeter ce que l'on m'a donné donc j'accumule..J'ai le sens du style – après tout, je suis mannequin, ou irait le monde si ce n'était pas le cas ? – et même vêtue à la va-vite, je suis belle, élégante et je passe partout si je le souhaitais. J'affectionne toutes les couleurs de la palette même si je n'irais pas me promener en noir toute vêtue, chaque couleur à un balancement à respecter surtout les couleurs sombres : le noir avec du beige, ou du rose par exemple. Je suppose que je suis assez bien formée pour tout porté alors je ne vais pas m'en priver bien que certaines créations me semblent quelques peu douteuses. J'aime aider mes « amis » alors il m'arrive de me promener dans la rue avec des vêtements fait sur mesures par des amis stylistes afin de les aider dans la commercialisation de leur vêtements. Gentille, vous avez dit ? Non, c'est surtout que je déteste devoir me retrouver entourée de stupides jeunes filles entrain de se battre pour le dernier béret à la mode..
Liens

Je ne suis liée à personne qui siège dans cette ville mis à part ma tendre grand mère – ainhoa aguerreberry ( nina dobrev ) – qui est si égocentrique qui ne voit qu'elle-même et ne pense qu'à elle et sa fille qui se trouve par ailleurs être aussi la mienne selon une lignée quelque peu complexe. Je pourrais parler du fait que je la hais malgré nous plusieurs années à vivre ensemble l'une avec l'autre mais bien entendu, c'était avant qu'elle ne me crache le morceau contenant les dernières pièces du puzzle. Si mon départ l'a fit se sentir seule et désemparée, tant mieux car c'est exactement dans le même état qu'elle m'abandonna la première fois. Ce n'est que le juste retour des choses après tout. Notre relation se résumerait au fait que nous sommes unies par le sang – d'une manière très étroite même – et bien que j'eus pu lui pardonner pour ma vie misérable, je n'ai toujours pas digéré ce que je subis à cause de son égoïsme du temps où elle était humaine. Pour la seconde ( emilie de ravin ), je pencherais plutôt sur le fait que moins elle me connait, mieux elle se portera car je suis certaine qu'une seule aguerreberry lui suffise amplement néanmoins si elle tente de me voir, je la recevrais comme il se doit. Elle fait partie de la branche que j'ai haï et renié durant si longtemps qu'au final, je n'éprouve que de l'indifférence bien que son cas m'inquiète étant donné qu'elle vit sous la tutelle de mami nhoa. Si je suis venue, ce n'est pas vraiment pour prendre des vacances. En effet, ma chère katharine ( minka kelly ) songe encore à me créer des problèmes et tout cela seulement parce qu'elle a retrouvé à hong kong la trace du père de son fils, c'est pour dire que dans la famille, on est soit totalement fou soit totalement obsédé. C'est à ce demander si ce n'est pas les deux en même temps. Bien entendu en tant que grand mère, je veille au grain sans vraiment savoir que celui qu'elle recherche se trouve être la cause de plusieurs de mes problèmes. Heureusement – ou malheureusement, cela dépend des moments – j'ai maribelle ( emmanuelle chriqui ) pour me « soutenir » bien que se soit un grand mot car elle ne pense qu'à s'amuser et je devrais en faire autant parce que de toute manière, l'autre veille au grain à sa manière alors je n'ai pas à m'en faire. J'aimerais seulement qu'elle cesse de trainer autant avec nhoa, c'est assez énervant car elle risque de s'en servir contre moi. Je ne la considère pas comme ma fille, certes, mais j'y suis attachée car elle est la dernière à vraiment représenter ma réelle famille que j'ai chéri autant que je le pouvais auparavant.
Behind the Screen ~ Who are you ?

Pseudo / Prénom : Nanii
Age : bientôt dix huit ans
Fréquence de connexion : autant que ma vie de stressée peut me le permettre
Des suggestions / Questions ? : brrl Meditate
Comment es-tu arrivé ici ? : déjà sur le forum
Code du règlement : Validé by Sam

Exemple de RP :
Spoiler:
 
( pour mieux comprendre, référez-vous à l'arbe généalogique que j'ai posté dans les flash back parce que en fait, il est beaucoup plus long son nom.. )


Dernière édition par Allegra C. Golden le Mer 9 Juin - 15:34, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/forum.htm

Damon E. Pierce
avatar

    Childhood is the kingdom where nobody dies


Race : sorcier
Âge : vingt six ans
Job : éditeur
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Mer 19 Mai - 0:03

    Histoire

    Présent

    Elle était là, au fond de cette salle aussi immense que bondée par ces types qui selon sa vision des choses étaient plus chiants les uns que les autres. Elle se trouvait dans un des restaurants les plus huppé de Las Vegas alors pourquoi devait-elle les supporter, à croire que l'endroit n'avait pas de goût pour choisir ses clients. Elle n'aimait pas ce genre de personne qui croyaient à tout ce qui pouvait mais pas en ce qui pouvait leur nuire. Ils niaient donc la plupart du temps les gens de son espèce. Ils n'avaient aucune raison de croire aux vampires de toute manière. Non. Aucune. De toute manière, le seul genre de personne qui pouvait se le permettre était des chasseurs, des hunters, et à ce qu'elle avait pu comprendre en débarquant sur le contient, ils avaient tendance à voir leur vie raccourcir ces derniers temps. Quelqu'un s'était donc prêté corps et âme à débarrasser la planète de ces êtres si inférieurs qui ne pouvaient que causer du soucis que se soit aux humains en lui faisant voir ce qu'ils ne souhaitent pas voir et aux vampires parce que.. Ce n'est bien entendu pas du gibier qu'ils chassaient sauf bien entendu si on considérait que la belle brune était une biche effarouchée.

    Elle esquissa un sourire à cette pensée. « Moins à fréquenter » pensa-t-elle avant d'appuyer la pointe de son index sur ce couteau qui semblait la narguer depuis son arrivée. Comme si il souhaitait qu'elle lui fasse l'honneur de l'utiliser mais elle s'était promis de ne pas égorger ce soir, du moins en publique. Elle devait le reconnaître, elle adora le bruit que cela produisait. Elle n'eut cependant pas le temps de jouer plus longtemps que deux présences se firent sentir près d'elle.

    -« Onee-sama ? » lui demanda une des deux filles, apparemment la moins gênée, en se tortillant légèrement.

    La jeune brune aux Rayban noires leva les yeux. Cela lui était totalement sorti de l'esprit qu'il pouvait y avoir de la célébrité autre part qu'en Asie après tout la mondialisation aidée à tout et n'importe quoi maintenant. Elle esquissa un large sourire commercial auquel son agent rêvait tant lors de leur scène d'autographes officielle.

    -« C'est bien ça ? J'en étais sûre, je te l'avais bien dis Bridget ! On vous reconnaît avec vos lunettes, c'est tellement typique de votre personnalité, Golden-sama. » continua-t-elle dans une langue si familière à la jeune brune. Du japonais.
    -« Enchantée, jeunes filles » les salua-t-elle jugeant que maintenant elle ne pouvait les ignorer.
    -« On voulait vous dire qu'on vous admire vraiment. Vous êtes si belle et intelligente.. Vous avez beaucoup de chance avec Hero-san en plus. Tout vous sourit, c'est merveilleux. J'espère que le tournage de votre film se passera bien.. »
    -« Mais »
    poursuivit la deuxième jeune fille, une rousse, au visage enfantin. « Vous ne devriez pas vous trouvez à Taipei à l'heure qu'il est ? Pardonnez-moi si c'est trop indiscret.. » se reprit-elle en baissant les yeux.

    Elles n'eurent pas le temps de placer un mot de plus qu'une quatrième personne se faufila derrière elles, les faisant par ailleurs sursauter, le sourire aux lèvres. Elle portait une robe rouge écarlate au décolleté outrageusement profond concernant la ligne de ses seins. Elle ne dit rien mais sa présence suffit à faire taire les deux fans américaines. Était-ce son aura ou autre chose de plus déstabilisant ? Elles ne dirent rien d'autres si ce n'est pour demander rapidement un autographe puis s'excusèrent et partirent bras dessus, bras dessous murmurant si bas que personne ne put les entendre. Or les deux demoiselles – et surtout la brune aux Rayban – n'étaient pas tout le monde.

    -«Tu savais qu'elle avait une sœur jumelle ? Je ne l'avais jamais lu quelque part, elle n'avait pas dis qu'elle était fille unique ? » marmonna la seconde à l'adresse de la première, blonde.
    -« Non. Elle est bien fille unique mais c'est vrai qu'on dirait des.. sœurs. Enfin, nous avons eu la chance de la rencontrer à Vegas alors réjouissons nous, Bridget. »
    -« Tu parles de sœurs, on dirait carrément des clones »
    s'exclama-t-elle en gesticulant grossièrement.

    Leur conversation disparut ou du moins, elles cessèrent d'y prêter attention préférant grandement se défier du regard pendant quelques secondes avant que la seconde brune ne prenne place en face de la jeune fille aux Rayban. En un claquement sec de doigt, l'invitée pressa le serveur -qui trébucha en voyant la profondeur du corset qu'elle portait – de leur apportait des amuses gueules puis de commander pour elle étant donné que sa cadette semblait être rebutée par manger à cette heure là. Ou alors, c'était de la nourriture dont elle était écœurée. Chose tout à fait normal lorsqu'il s'agit d'une chose totalement à l'opposé de ce que l'on souhaite. Elle ne désirait pas de solide, ce n'était pas son truc. La femme à la robe rouge eut le temps de déplier, replier et déplier sa serviette une centaine de fois avant que son interlocutrice ne lui adresse la parole. Quarante minutes après son arrivée. Elle avait déjà fini son steak saignant.

    -« Comment as-tu su où je me trouvais ? Je pensais que ne m'ayant pas contacté depuis six décennies, tu avais perdu ma trace. C'est fou de se retrouver ici, là, où tout a finit la dernière fois. C'est pour ça que tu m'as invité ici ? »
    -« J'ai toujours su où tu étais, chérie. C'est la moindre des choses pour ta mère, n'est-ce pas ? »
    -« Grand-mère »
    rectifia la première d'un ton sec en détournant le regard comme si elle fuyait quelque chose de désagréable. « Tu n'es ni ma mère ni ma grand mère dans un sens »
    -« Alors personne ne l'est, chérie. J'aurais – si tu me le permet – préféré que tu ne quittes pas le pays. La prochaine fois, évite cette option, d'accord ? »
    -« Je pensais qu'on s'était tout dit, ce soir là. Tu avais l'occident et j'avais l'orient pour moi. Ce n'était pas clair ? C'est pourtant toi qui a décidé des termes, mami »


    Un sifflement léger retentit à leurs oreilles. Un peu plus et la seconde grognait soulevant avec cela, tous les soupçons des clients de ce restaurants finalement de très mauvais goût. Elle aurait du en choisir un autre, il était devenu beaucoup trop populaire en soixante ans malheureusement. Très vite, l'air furieux sur son visage se transforma en sourire énigmatique et indéchiffrable pour la première brune.

    -« Ne me dis pas que tu m'en veux encore pour cette histoire d'orphelinat ? Cela va faire cinq siècles, chérie, il est temps de passer à autre chose tout de même. Tu ne vas pas passer ton.. » commença-t-elle en baissant le ton légèrement avant de reprendre. « Éternité à ruminer, non ? Tu la gâches à ce point là ?! »
    -« C'est tellement vieux que je peux dire que j'ai oublié. Je ne t'en veux pas ou du moins, je ne te déteste pas. Je ressens plus d'indifférence par rapport à cela. Je n'y prête plus attention depuis le temps, tu sais. »
    -« C'est pire. Je préférerais que tu me haïsses plutôt. Au moins, tu rentrerais dans le moule des autres membres féminins de la famille des Aguerreberry, chérie. Tu es la seule à ne pas me haïr si bien que j'en viens à me demander si tu laissais partir était judicieux. Tu n'es pas comme Mian, tu es honnête et en plus, tu me ressembles tellement ! »
    s'extasia-t-elle.
    -« En parlant de Mian, tu avais tout prévu depuis le début, n'est-ce pas ? »
    -« Comment ça ? »
    -« Le meurtre, le fait qu'elle soit réellement de ton sang ? Quand comptes-tu le lui annoncer ? Je veux parler que tu es son ancêtre et que tu l'as choisi pour quelque chose qui coulait dans ses veines et pas pour autre chose. »
    -« Jamais, notre relation est parfaite telle qu'elle est. Elle me hait. Au moins, elle ne finira pas comme toi, chérie. »


    Ainhoa esquissa un large sourire mesquin avant de soupirer fortement attirant l'attention de plusieurs clients mais surtout d'un autre serveur dont le plat tomba au sol quelques secondes après que celle-ci est mystérieusement décidé de se baisser pour vérifier que sa chaussure soit correctement lassée. Elle rit finalement devant leur réaction si prévisibles. « Cela en devient presque ennuyant à la longue » songea-t-elle avant de replacer sa natte derrière son épaule droite. Néanmoins le visage impassible de sa petite fille stoppa celui-ci tout net. Elle finit même par se renfrogner quelques minutes. On en revenait au schémas de l'instant avant que la conversation ne commence.

    -« T'es passablement chiante, Allegra. Je ne te reconnais plus ! Si je le pouvais, je te renverrais dans ton satané asile » commença-t-elle en s'énervant tandis qu'au fur et à mesure les poings de la dite Allegra se serrèrent. « Au moins, ton pauvre mari a eut la chance de t'avoir quand tu étais encore drôle. Moi, je n'ai le droit que à la soupe de grimaces, c'est énervant. Non ! C'est très irritable plutôt. Tu m'étonnes que tu craques étant donné que tu ne te permets même pas de rire. J'aimerais tant revivre cette nuit là, où tu as fugué de la maison pour massacrer tous les témoins de cet immonde asile » finit-elle les yeux perdus dans le vague, un léger sourire aux lèvres avant de soupirer.

    Allegra ne dit rien. Sous la table en revanche, son poing droit s'était refermé fortement – à l'en tordre – un objet en argent qui s'enfonçait profondément dans sa chair pourrie de cadavre de cinq cent ans. Sur la table, son couteau pour viande avait disparu mais la seconde brune ne le remarqua pas. Elle continua donc prenant ce silence comme une approbation ou alors tout simplement parce qu'elle en avait envie.

    -« Bien sûr, tu crois certainement que tu aurais été plus heureuse quoique.. plus chanceuse si je ne t'avais pas remise à ces pauvres nonnes ! »
    -« Abandonnée »
    rectifia-t-elle enfin d'un air dédaigneux en esquissant un sourire grimaçant.
    -« Soit. Songe que vivre avec un vampire n'est pas idéal pour une jeune fille de seulement six ans dont les parents se sont suicidés. Il valait mieux que tu évites les atrocités après ce genre de choc. En plus, je n'étais pas prête à m'occuper de quelqu'un d'autre que de moi-même mais l'information première est que tu n'aurais pas supporter de vivre avec les atrocités que je commettais. Tu aurais fini par me voir comme un monstre sanguinaire au lieu de la sympathique tante qui venait te rendre visite tous les mois. C'était mieux pour moi. »
    -« Pour sûr, avoir forniquer trop longtemps avec un vampire puis en être devenu un par la suite, ton humanité a dû en prendre un gros coup si jamais tu en ais eu un jour ce dont je doute. »
    railla Allegra, un rictus aux lèvres.
    -« C'est vrai que tu le résumes si bien, chérie. Tu s toujours eu un don pour ce genre de choses, n'est-ce pas ? Esprit très synthétique. Brillant. »
    -« Oui, on ne peut pas dire que je tienne de toi en tout cas. »
    -« Tu ne peux pas m'en vouloir autant.. »
    réfléchit Ainhoa.
    -« Je t'ai dis que je ne t'en voulais pas. »
    -« Je suis venue te voir pendant des années.. Bon je dois avouer qu'au bout d'un moment, j'ai fini par m'avoir de nouveau comme centre d'attention – ce que cela m'avait manqué – et puis, il y a eu ces choses là à régler en Italie mais comment voulais-tu que je saches qu'à seulement quinze ans, tu t'étais retrouvé sur le même trottoir que ta mère ? Je ne suis pas devin tout de même ! En plus, tu ne peux pas m'en vouloir, je ne pouvais rien faire sauf te prendre avec moi mais je considérais que c'était bien trop tôt. Mourir à vingt trois ans était un rêve.. Vois-tu, je suis morte à seulement.. »
    -« Vingt et un ans, je sais. » soupira Allegra en roulant des yeux. « Cessons d'en parler, veux-tu ? »


    Combien de fois son ainée lui avait-elle racontée cette histoire ? Sans compter sa propre histoire qu'elle tentait depuis si longtemps de fuir. En vain. On n'oublie pas qui on est ni même ce qu'on a fait – ou alors, c'est rare et encore la mémoire revient un jour. Ce jour là, il faut affronter et souffrir deux fois plus parce qu'on a vécu et qu'on doit revivre ces évènements. Allegra avait deviné que sa génitrice s'amusait de la souffrance des autres et elle n'y échappait pas surtout que la sienne était quelque peu singulièrement douloureuse. Telle que la sienne.

    -« Je dois dire par la suite » continua-t-elle comme l'avait deviné la cadette. « que j'ai été surprise que se soit ton propre demi frère qui tombe sous ta charme. Encore plus lorsqu'il t'a donné à son meilleur ami, deux ans plus tard, après qu'il est pris bien soit de faire de toi sa femme idéale. D'accord, il avait déjà cette stupide cloche mais quand même, pourquoi à son meilleur ami ? Pensait-il vraiment que tu lui appartenais et donc que rien de ce que tu pourrais vivre et ressentir en dehors de son monde n'était concret ou alors croyait-il que son meilleur ami se contenterait de te regarder sans jamais touché ? Pst ! Il ressemblait vraiment à son grand père sur ce point là. Ces hommes.. » grogna-t-elle en se pinçant les lèvres faute de tuer quelqu'un.

    Rien. Elle reprit comme si elle se revoyait les évènements se passaient sous ses yeux. Elle ne récitait que les grandes lignes. Tout comme Allegra ne comprendrait jamais la Ainhoa humaine, Ainhoa ne comprendrait jamais non plus.

    -« Dommage que ce cher Stewart eut à mourir pour une stupide bataille qui ne rapportait à personne sauf peut être à Oliver. Lui, contrairement aux autres, à réussir à échapper à la convocation à cause de son statut mais surtout de son argent mais il aurait tout aussi bien pu aider son meilleur ami de toujours, non ? Il n'a pas du supporter de te voir heureuse avec ta fille et ton mari, chose qu'il n'obtiendrait jamais avec sa bécasse de femme. Non, il n'a pas dû le supporter. Les hommes sont tous impulsifs. Et toi, pauvre jeune veuve, tu es tombée – trop vite ce qui en est dotant plus humiliant pour moi – dans le pièce ou devrais-je dire ses bras ? D'accord, les femmes amoureuses de notre lignée ont toute été faibles et l'ont regretté mais tout de même, un peu de bon sens. » soupira-t-elle en haussant les épaules. « De là à te marier avec lui.. Tu craignais pour ta fille, soit, mais je suppose qu'elle aurait préféré vivre dans la pauvreté plutôt que de partir pour cette pension pour bourges qui ne lui donnera plus l'occasion de te voir. Je ne connaissais pas Pearl mais ce n'est pas bien difficile à comprendre.. On a toutes les deux été abandonnée d'une certaine manière.. »
    -« Tais-toi s'il te plait »
    grimaça finalement Allegra tandis que son menton commençait à trembler légèrement.
    -« Pourquoi ? Tu dois pourtant avoir l'habitude de revivre la scène tous les soirs. Tout comme celle qui t'a envoyé à l'asile, n'est-ce pas, chérie ? Je peux comprendre – vraiment, j'ai tout de même abandonné mes deux enfants nés – que tu haïsses l'homme qui après ton mariage et le meurtre de ta fille – dont tu es entièrement responsable – a finit par te séquestrer prétextant une fragilité psychologique et te violer quotidiennement jusqu'à ce que tu lui donne un fils. Je comprends, je t'assure mais tout de même, ton propre enfant ? Décevant surtout par rapport à l'image de mère modèle que tu abordais avec ta fille et celle de Stewart. Comme quoi tout n'est qu'une question de préférence.. Tu es certaine de ne pas désirer de steak, ils sont succulents et puis tu as l'air sur les.. nerfs. »
    -« La faute à qui.. »
    gronda d'une voix inaudible pour les autres clients la seconde brune.

    Plus rien. Il leur semblait entendre l'horloge du hall d'en bas tant elles étaient concentrées sur ce que l'autre pourrait bien répondre à cela. Il n'y avait rien à dire. Plus rien. Que faire lorsque ce que l'on raconte n'est autre que la vérité ? Le nier ? Ce n'était pas du genre de Allegra du moins, elle ne le pensait pas.

    -« Tu as vraiment perdu l'esprit quand tu as tenté de le noyer. Je ne peux aujourd'hui que remercier ton personnel de l'époque qui a finit par te stopper, toi la pauvre mère devenue entièrement folle. Mon amour de Mian ne serait pas là, à mes côtés, aujourd'hui. N'empêche, j'imagine très bien ce que tu as dû subir pendant ces longs mois où tu as peu à peu regagner leur confiance pour finir par détruire tout ce qui te relier toi et ce monstre. Tu as échoué dans un sens étant donné qu'il a finit par survivre, ce fils indésirable qui avait habité ton ancre durant neuf mois. » sourit Ainhoa.
    -« As-tu, comme je l'ai entendu, massacré tous les membres de la famille de Mian ? Oui, ou non ? »
    -« Oui »
    -« Alors, je n'ai pas si échoué que tu le prétend, si je n'en suis pas l'auteur, je n'ai pourtant plus à m'en soucier. De plus, Mian n'a jamais eu d'enfants donc ma lignée en tant que Allegra Jenkins n'est plus »
    -« Tu me ressembles tant.. C'est frustrant. Seulement les bons côtés et puis, il y a ces yeux.. Ces yeux bleus que je hais tant regarder parce qu'ils me rappellent tant ta mère.. Hermione avait de si beaux yeux.. »
    pleurnicha-t-elle presque.
    -« Tu dois aussi t'en souvenir, père aussi avait les yeux bleues. Tu es la mieux placée pour le savoir étant donné que tout comme mère, il était ton enfant » répliqua aigrement Allegra en retirant le couteau de sa cuisse, la faisant certes grimacer mais la douleur ne persévérant pas, elle reprit son masque d'impassibilité peu après.

    Ainhoa ne répondit pas, ignorant totalement ce qu'elle venait de dire ou du moins feignait-elle de le faire. Elle ne voulait plus entendre parler du fils de ce monstre d'orgueil qu'était l'homme qui lui avait tout donné et tout prit.

    -« Pourquoi tant te retenir, chérie ? Tu as hérité des bons gênes de sadismes de tes parents.. Pourquoi ? »
    -« Je n'ai pas envie d'avoir la sensation d'être encore moins à ma place »
    -« Comment ça ? »
    s'interloqua l'ainée.
    -« Elle parle de la consanguinité » répondit une autre voix féminine à deux tables plus loin. « N'est-ce pas, onee-san ? »
    -« Oui, Belle. »
    -« Belle, ma chérie, c'est.. surprenant de te croiser ce soir aussi. Quelle coïncidence. »
    -« Pas vraiment, je suis venue pour.. »
    un rire féminin retentit alors près d'elle. « Manger en quelque sorte. »
    -« En tout cas, tu ne peux pas dire que tu ne t'occupes pas de ta famille, ma chérie. »
    -« Du bon côté, non. »
    -« Enfin, au moins une sur deux qui ne se prive pas »
    soupira de soulagement Ainhoa avant de se tourner intriguer vers sa petite fille. « Pourquoi des filles ? Ne me dis pas qu'elle est.. ? »
    -« Non. Il se trouve que.. elles crient beaucoup plus et Belle adore ça.. »
    -« Oh »


    Quelques minutes passèrent. Belle faisait la conversation avec Ainhoa d'un air lointain – c'est qu'elle l'était à s'occuper de sa prochaine proie – tandis que Allegra observait les étoiles ou du moins les lumières de la ville par delà la fenêtre. La brune aux Rayban finit par consulter sa montre Dior avant de claquer sa langue contre son palé d'un air mécontent.

    -« Je dois y aller. J'ai un autre rendez-vous »
    -« Vraiment ? Qui peut être plus important que moi ? »
    s'étonna Ainhoa en levant les yeux vers elle.
    -« Son petit ami » répondit Belle alors que Allegra allait ouvrir la bouche.
    -« Vraiment ? N'oublie pas, nous n'avons pas grande chance en matière amoureuse dans la famille surtout concernant les femmes. Tu as bien dû le remarquer, non ? »
    -« La ferme ! »
    finit par s'énerver Allegra attirant le regard des rares clients encore présent qui les détournèrent en rencontrant le regard noir de la brune. « Je considère que nous n'avons plus rien à nous dire maintenant. »
    -« Mais ! »
    protesta Ainhoa en plissant les yeux. « Je plaisantais, chérie. C'est bon. »
    -« Nee-san n'aime pas les plaisanteries, c'est chiant parfois.. »
    -« Je te confie, Maribelle, elle sait où rentrer à moins que tu ne veuilles profiter de ton temps avec elle ce dont je doute. Comme tu l'as expliqué plus tôt dans la soirée ; tu ne te préoccupes que de toi-même. »
    -« Ce n'est pas vrai »
    -« Je l'espère. Bye. A demain, Belle »
    salua-t-elle avant de se diriger, veste en lin sous le bras, vers la sortie.
    -« Bye bye. Chouette, mamie, on va s'éclater toutes les deux ! » s'extasia Maribelle en sautant sur place de sa chaise.
    -« Ne m'appelle pas comme ça, c'est passablement énervant et puis est-ce que j'ai l'air d'être ta grand mère ? »
    -« Tu en as l'âge pourtant »
    s'étonna Belle.

    A l'extérieur du restaurant, la ville ne dormait toujours pas. En cela, elle ressemblait sans doute à New York. Non. Vegas n'était qu'un ramassis d'ordures de quelques manières que l'on regarde : viol, meurtre, corruption. Où que l'on regardait, chaque ville était la même que la précédente visitée. Le monde ne s'arrangeait pas d'où la jouissance qu'en avait retiré Allegra ces cinq derniers siècles jusqu'à ce qu'elle ne le rencontre. Une fois son hôtel rejoint, le Bellagio, elle se dirigea d'un pas assuré vers sa chambre – prit un étage, attendit deux minutes puis se dirigea à vitesse vampirique dans celle-ci.

    Une fois à l'intérieur de sa grande – non sans exagérer – chambre, une sonnerie stridente se fit entendre. Une sonnerie qui pourrait sembler désagréable le matin si celle-ci venait nous tirer du lit. Quelques pas pour loin, elle rejoint son bureau installé pour le moment à la va-vite. Sur celui-ci trônait diverses choses dont un ordinateur portable dont l'écran affichait un vieux téléphone typique, rose, entrain de sonner. Allegra appuya sur le « Répondre » qui trainait dessous avant d'allumer la webcam grâce à une application de son ordinateur. Très pratique. Un écran blanc s'installa et un « Patienter » apparut laissant le temps à Allegra de se recoiffer en attendant. Puis le vint. Cet homme, de blanc vêtu, au visage si familier que cela en devenait presque effrayant. Il ressemblait à tout le monde et donc à personne en même temps. Un sourire fendait son visage en deux et laissait voir de grosses cernes sous ses yeux.

    -« Golden-kun ? Vous en avez mis du temps, je commençais à m'inquiéter. Tout se passe bien en vacances ? »
    -« Oui, oui, ne vous inquiétez pas. J'avais une chose à faire »
    finit-elle avant d'hésiter puis se taire.
    -« Ne gardez pas d'information pour vous, c'est mauvais pour notre travail, Golden-kun. » gronda-t-il.
    -« Rien, juste un rendez-vous avec une très vieille amie. Ma grand mère biologique pour être plus précise. »
    -« Oh. Un autre vampire à ce que je comprend. Celle qui nous cause tant de problèmes au niveau de notre avancé ces temps-ci. Parfait, cela pourrait nous aider à faire céder cette barrière qui scelle vos souvenirs. Mis à part cela, comment vous sentez-vous ? Angoissée ? Fatiguée ? .. Affamée ? »
    -« Un peu des trois. Cela doit être dû aux allusions tout le long du dîner.. J'ai encore du mal à m'y faire. Pardon »
    -« Ne vous excusez donc pas, Golden-kun. Votre ressemblance physique doit vous faire – inconsciemment – croire que vous êtes finalement identique en tous points ce qui n'est pas toujours le cas. Ne vous inquiétez pas. »
    -« D'accord. »
    -« Sinon, aucune pulsion aujourd'hui ? »
    -« Non. »


    La conversation continua encore quelques minutes – ou cela furent-elles des heures – avant que le professeur ne craque et ne puisse réprimer à un vampire à qui rien n'échappe, sa fatigue. Il était temps de se coucher. L'heure que Allegra détestait le plus pour les nombreux cauchemars que cela composait.

    -« Demain à la même heure ? » questionna-t-il.
    -« Vos autres clients ne vont-ils pas vous demandez pourquoi vous ne dormez plus ? »
    -« Ils n'ont pas besoin de savoir que vous êtes insensibles à ce genre de besoin mais je doute qu'ils me croient même si c'est l'excuse la plus stupide qu'ils eut entendu. »
    rit-il faiblement avant de se frotter les yeux. « 23h. Demain. »
    -« Oui. »
    -« Bonne nuit, Allegra-kun. Bye. »
    -« Bye bye. »
    soupira-t-elle avant de fermer l'écran de son Apple.

    Elle se leva et inspecta d'un œil critique la pièce. Toujours intacte. Belle n'était toujours pas rentrée donc elle avait préféré rester avec Ainhoa. Tant mieux, elle n'aurait pas à se justifier à sa cadette sur l'état de la salle de bain. Elle fit d'ailleurs instinctivement – attirée par l'odeur – trois pas vers celle-ci avant d'en ouvrir la porte coulissante. Une tête vint alors s'écraser au sol dans un bruit sinistre, un bruit que seule une chaussure mouillée peut faire sur du sol en inox. Ou alors le bruit que l'on fait lorsqu'on s'écrase dans son propre sang. Elle avait menti..

    Elle soupira lourdement avant de lever de la pointe de sa botte Chanel, la tête du blond de quelques centimètres. C'était dommage de gaspiller après tout. Autant en profiter avant qu'il n'y en ait plus. D'un coup net qui fit émettre quelques bruits suspect de la part du cadavre encore chaud de quelques heures, elle attrapa ses cheveux et s'apprêta à mordre dans sa carotide quand une nouvelle sonnerie la fit de stopper. Cette fois-ci, il s'agissait de son portable ainsi que d'une sonnerie attribuée à quelqu'un de vraiment spécial pour la jeune brune. Elle laissa tomber le cadavre avant de se diriger vers le salon d'un pas rapide. Sur son LG Lollipop s'affichait une tête masculine bien connue. Dès la deuxième sonnerie, elle décrocha. Un sourire prit vit sur ses lèvres fardées de couleur rouge.

    -« Môchi-môchi ? »
    -« Hi ! C'est Hero-san. »
    -« Baka. Je le sais, ton nom s'affiche sur mon portable. »
    rit-elle avant de jeter un regard en arrière. « Est-ce que ça va ? »
    -« Oui. Je pensais à toi alors je t'appelais vu qu'on a du temps. Je te dérange ? Il doit être tard, là bas. »
    -« Seulement deux heures du matin »
    -« Oh ! Gomen.. Je n'avais pas réfléchi avant de t'appeler. Tu t'amuses alors ? Hé ! Tu sais que ton agent n'arrête pas de me tourner autours pensant que j'aurais de tes nouvelles ? »
    -« Ce n'est pas le cas ? »
    -« Si. Demo.. Je suis dans des toilettes pour te passer un coup de fils, honey. Ce n'est pas super confortable, tu sais. »
    -« Bah ça va alors, je ne me fais pas de soucis pour toi. »
    -« Ne ris pas. Il va devenir chauve le pauvre à force de s'arracher des cheveux. Tu as laissé ton tournage en plan, tu le sais ? Je ne sais pas comment il va faire pour rattraper le coup. Il ne sait même pas où tu te trouves. »
    -« Je lui ai envoyé un mail. Et puis, il ne serait pas le meilleur agent de Corée si il n'arrivait même pas à gérer la situation. Je lui fais confiance. De toute manière, je n'ai pas le choix. Pourquoi tu appelais ? »
    -« Oh pour savoir comment tu allais, comme je te l'ai dis tout à l'heure.. »
    -« Ah oui ! C'est vrai. Il peut bien me laisser prendre des vacances.. »
    -« Oui, mais tu ne nous as toujours pas dis la raison. C'est normal qu'on s'inquiète. Quelle histoire cette fois-ci ? »
    -« Problèmes familiaux. »
    répondit-elle en tournant des talons pour rejoindre la salle de bain.

    Un silence se fit de l'autre côté de l'appareil. Simplement plusieurs respirations.

    -« Tu ne m'avais pas dis que toute ta famille était décédée ? »
    -« Ce n'est pas encore le cas. Je m'en occupe tant que je le peux. »
    -« Hé ! Hero-san, t'as la diarrhée ou quoi ? Le prod veut nous parler, bouge tes fesses ! »
    entendit-elle à l'autre bout du combiné avant qu'un bruit de chasse d'eau ne retentisse.
    -« Tu dois déjà partir ? »
    -« Oui, je le crois bien. Gomen. Je suis parti dès la première pause qu'on a eu. »
    -« D'accord. Je ne t'en veux pas. Passe le bonjour à Tae Yeon pour moi ? »
    -« Bien sûr. Je te rappellerais à coup sûr en fin de journée.. Dans la matinée pour toi. Il faut vraiment que je me fasse au fait que tu sois de l'autre côté de l'océan ! »
    marmonna-t-il de mauvaise humeur. « Aishiteiru »
    -« Bye Bye »


    Allegra esquissa un large sourire jusqu'à ce que la conversation soit coupée ce qui n'arriva pas tout de suite. Lorsque cela fut fait, elle jeta un regard à son reflet dans le large miroir de la salle de bain. Son sourire contrastait avec le sang qui commençait à sécher sur son chemisier blanc et le haut de son jean Levi's. Un monstre au sourire ravageur, c'était peu le dire. Elle ressemblait vraiment à sa grand mère malheureusement. Elle devrait s'y faire si elle voulait avancer.

    Soudainement le miroir sembla se fissurer en plusieurs endroits avant de se briser. Il en fut de même pour son reflet dont l'image ressemblait plus à un monstre sans expression qu'autre chose. Puis une voix en pleure résonna à ses oreilles. Elle secoua la tête pour se retrouver debout à deux mètres du large miroir de la salle de bain. Celui-ci n'était pas brisé. Seules quelques gouttes de sang semblaient le souiller. La brune perdit son sourire avant de fixer sa main droite ensanglantée. Elle tourna la tête et aperçut le cadavre du jeune blond totalement vidé de son sang, un rosaire dessiné dans sa chair au niveau du torse. Allegra grimaça avant de briser elle-même, d'un coup de poing, le miroir qui reflétait son visage décomposé.



Dernière édition par Allegra C. Golden le Dim 6 Juin - 10:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/forum.htm

Bloody Rose
avatar

Why so serious ?
Crazy Admin ♠


Race : Haha
Âge : Plus que toi
Job : Là pour t'ennuyer.
Messages : 277
Date d'inscription : 21/03/2009
Localisation : Somewhere, maybe behind you ...


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Mer 19 Mai - 0:16

Re-bienvenue à toi =D
Bon ben tu sais très bien ce que tu as à faire alors hihi, bonne continuation pour ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas

Dawn E. Pierce
avatar

    Drugs are fake. Blood is real.


Race : sorcière
Âge : seize ans.
Job : étudiante.
Messages : 315
Date d'inscription : 09/03/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Mer 19 Mai - 19:40

Merci Hola

Pour le moment, je tente de compter l'âge qu'elle a ce qui pour moi est assez difficile mdrr
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/

Damon E. Pierce
avatar

    Childhood is the kingdom where nobody dies


Race : sorcier
Âge : vingt six ans
Job : éditeur
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Mer 2 Juin - 17:48

Je tenais à m'excuser du retard ; normalement j'aurais déjà fini ma présentation mais il se trouve que j'ai mon baccalauréat dans seulement deux semaines donc je fais des fiches, des fiches et encore - Suspect - des fiches donc je vais beaucoup moins souvent sur l'ordinateur quoique pour Glee, je fais des entorses. Bref, tout cela pour vous avertir que j'ai écris beaucoup de choses à l'écris - vive la philosophie, moi je dis - mais je dois les passer à l'ordinateur donc.. Bah on verra combien de temps, il me faudra pour cela.

En plus, tout le monde est en periode d'examen donc vous devriez comprendre Rain
Merci de votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/forum.htm

Nathanael J. York
avatar

Just a womanizer...
♥ Awesome Admin


Race : Vampire
Âge : 21 // 275 ans
Job : directeur du Wynn Las Vegas
Messages : 184
Date d'inscription : 01/12/2009


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Jeu 3 Juin - 13:50

Il n'y a aucun problème, bien sur ! Les exams avant tout Wink . Bon courage pour tes examens et après pour ta fiche ^^ (d'ailleurs, quand tu reprendras la suite de la fiche, pourras-tu mettre une taille d'écriture plus grande ? (personnellement, c'est illisible xD)

xoxo !

_________________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
"I was Alice in the school play. All boys, before you look at me weirdly." "Okay. Leading lady, all-boys school, awkward with intimacy. Cards on the table. Are you gay ?" "Huh, just English !"



absent du 11.09 au 18.09
Revenir en haut Aller en bas

Dawn E. Pierce
avatar

    Drugs are fake. Blood is real.


Race : sorcière
Âge : seize ans.
Job : étudiante.
Messages : 315
Date d'inscription : 09/03/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Sam 5 Juin - 13:22

Merci beaucoup. Oui, c'est vrai : les études avant tout. J'espère néanmoins pouvoir finir ma présentation aujourd'hui ( même si j'ai encore la tête et les idées dans le brouillard vu que je viens de me lever Rolling Eyes )

Pour l'écriture, c'est fait exprès en fait mdrr Comme cela, ça a l'air beaucoup moins long que prévu mdrr Désolé, je vais la changer en 11 au moins ^^;;
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/

Bloody Rose
avatar

Why so serious ?
Crazy Admin ♠


Race : Haha
Âge : Plus que toi
Job : Là pour t'ennuyer.
Messages : 277
Date d'inscription : 21/03/2009
Localisation : Somewhere, maybe behind you ...


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Sam 5 Juin - 13:55

Coucou, oui prend ton temps pour ton ta fiche si tu dois étudier ça passe avant Wink
Revenir en haut Aller en bas

Dawn E. Pierce
avatar

    Drugs are fake. Blood is real.


Race : sorcière
Âge : seize ans.
Job : étudiante.
Messages : 315
Date d'inscription : 09/03/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Lun 7 Juin - 18:55

Merci beaucoup. En attendant, j'ai remis en 11 de taille, c'est mieux comme ça ou pas ?
Oh fait, merci pour le message sur la page d'accueil Lèche
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/

Damon E. Pierce
avatar

    Childhood is the kingdom where nobody dies


Race : sorcier
Âge : vingt six ans
Job : éditeur
Messages : 23
Date d'inscription : 18/05/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Mer 9 Juin - 15:37

J'ai enfin fini. J'ai bien fait de me prendre par la main. C'est quelque peu copié sur Ainhoa mais étant donné que celle-ci l'a modelé pour qu'elle soit comme elle avant qu'elles ne se séparent, je pense que ça passera, hein ? En tout cas, j'ai fini donc je suis très contente. En plus de l'arbre généalogique, vous pouvez écouter cette [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] - j'ai trouvé que c'est carrément trop fort que ça colle avec allegra ! -

J'attend l'avis de mes admis chéries..
Hola
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/forum.htm

Nathanael J. York
avatar

Just a womanizer...
♥ Awesome Admin


Race : Vampire
Âge : 21 // 275 ans
Job : directeur du Wynn Las Vegas
Messages : 184
Date d'inscription : 01/12/2009


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Dim 13 Juin - 15:29

c'est parfait Wink (et pardon de l'attente, Sam & moi sommes beaucoup pris ces derniers temps >.<). J'espère que tu t'amuseras avec ce nouveau personnage autant qu'avec l'ancien !

Tu es donc validée.

_________________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
"I was Alice in the school play. All boys, before you look at me weirdly." "Okay. Leading lady, all-boys school, awkward with intimacy. Cards on the table. Are you gay ?" "Huh, just English !"



absent du 11.09 au 18.09
Revenir en haut Aller en bas

Dawn E. Pierce
avatar

    Drugs are fake. Blood is real.


Race : sorcière
Âge : seize ans.
Job : étudiante.
Messages : 315
Date d'inscription : 09/03/2010
Âge : 26


About you
Caractère:
Relations:
Your Story:


MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list Dim 13 Juin - 17:20

Oui, merci beaucoup. Bah je ne sais pas, Allegra est folle tandis que Nhoa est sadique ce qui n'est pas la même chose en soit.
J'espère que je pourrais bientôt rp avec elle même si il y a moins de monde sur le forum à cause des exams - je sais de quoi je parles en plus - Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://these-famous-days.forumperso.com/

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: if madness was a crime, i would be the first of the list

Revenir en haut Aller en bas

if madness was a crime, i would be the first of the list

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hell is never far :: Hors jeu :: 
archives
-